Tachka

Singer Songwriter – Experimental Poetry

« Indépendant », ça rime avec « perdant » ? (ENG/FR)

Posted by on avr 22, 2015

« Indépendant », ça rime avec « perdant » ? (ENG/FR)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Denis Garcin

© Denis Garcin

 

*******   ENGLISH VERSION BELOW  *******

Comme vous le savez la sortie de mon album Balbutiar est imminente, je vous informe qu’il est désormais en vente sur mon site en physique à partir d’aujourd’hui: http://tachka-opera.com

Pour plusieurs raisons, j’ai décidé de retarder la sortie digitale et j’aimerais prendre un moment pour expliquer pourquoi.

Cela fait quelques années que je fais de la musique en auto-production et je ne m’en plains pas car cela me permet une grande liberté de création. J’ai eu la chance de rencontrer des personnes qui ont su faire preuve de compréhension face au peu de moyens que j’avais, sans quoi j’aurais difficilement pu faire avancer mon projet.

Gagner sa vie avec la musique en tant qu’artiste auto-produit est aujourd’hui difficile et je peux le comprendre, le contexte économique actuel n’est pas au beau fixe. Je peux entendre qu’avec l’ère du numérique la musique dématérialisée prenne progressivement le pas sur le physique car les mœurs évoluent. En revanche, je ne comprends pas que les artistes doivent non seulement s’occuper du développement et du financement de leur projet pour ensuite accepter de vendre leur musique pour des cacahuètes.

0,0045€ par écoute, c’est aujourd’hui la rémunération moyenne proposée par les sites d’écoute de musique en ligne.

La démarche de permettre aux auto-produits de diffuser leur musique sans l’aide d’un label est tout à fait louable mais arrivera un moment où la question de la décence du montant de la rémunération devra être posée.

Un groupe comme Portishead qui n’a apriori plus besoin de faire ses preuves a, aux dernières nouvelles, gagné tout juste 2.500 dollars pour plus de 34 millions d’écoutes en ligne, un groupe qui est censé « vivre de la musique ».

Le total de mes revenus sur le digital (streaming et ventes) s’élève à ce jour à 19.08 euros alors que mes morceaux sont régulièrement écoutés depuis 2013 et je ne peux même pas prétendre à cet argent car un seuil minimum de 25 euros est obligatoire avant que le virement ne soit autorisé. Avec un peu de chance, je pourrai peut-être m’acheter un nouveau set de cordes d’ici 2017.

Loin de moi l’idée de vouloir faire culpabiliser les personnes qui utilisent ces plateformes, mais il faut que les choses soient claires: écouter en streaming, et ce même en payant un forfait mensuel, ce n’est pas soutenir un artiste.

Si vous souhaitez soutenir un artiste, passez par le moins d’intermédiaires possible: vente en direct aux concerts, vente en ligne sur le site de l’artiste, disquaires indépendants, à la rigueur Bandcamp, dont la commission ne s’apparente pas à du vol. Cela n’est pas si différent d’aller acheter son kilo de pommes de terre directement chez le producteur: le consommateur paie moins qu’en grande surface, le producteur gagne mieux sa vie.

Les plateformes de distribution musicale permettent bien sûr une plus grande visibilité mais cela n’excuse pas de payer les artistes à coups de lance-pierre.

Si vous aimez la culture, faites la vivre.

Si vous aimez un artiste et que voulez qu’il continue à faire de la musique, assurez vous que c’est lui que vous rémunérez.

A mon stade, je ne demande même pas de faire de profit grâce à ma musique, je demande à ne pas en faire à perte et surtout, je demande à ne pas payer pour faire de la musique.

 

 

*****  ENGLISH VERSION  *****

 

 

As you may know, the release of my album Balbutiar is impending. The physical album is from today on available for purchase on my website: http://tachka-opera.com

For several reasons, I’ve decided to delay its digital release and I would like to explain one of them.

I have been a self-produced musician for a couple of years now and I’m not complaining about it because it allows me more creative freedom. I have been lucky to meet understanding people regarding my limited financial resources, without whom I could hardly have moved forward with my project.

To earn a living as a self-produced artist is complicated nowadays but I can understand that the global financial context isn’t exactly at its best. I understand that the digital era is progressively sweeping away the physical era because things are always bound to change.

Yet one thing that I cannot understand is that an artist must assume the development and the financing of their project and then have to agree to sell their music for peanuts.

0,0045€ is today the average rate offered by music streaming platforms by plays. Giving the opportunity to an independent musician to share his music worldwide is a praiseworthy initiative but will come a time when the question of decency regarding the artist’s share will have to be thrown on the table.

A band like Portishead that clearly doesn’t have anything to prove anymore, has earned just about 2.500 dollars for 34 millions of streams, a band that is supposed to “earn a living” with music.

The total of my earnings (streaming and sales) reaches today 19.08 euros although my songs are regularly being listened to since september 2013 and I can’t even claim that money since a minimum amount of 25 euros is mandatory to allow the transfer. 
If I’m lucky, I might be able to buy myself a new set of strings by 2017.

Don’t get me wrong, I’m not blaming people for using streaming platforms but let’s be clear: listening to songs online, and even when paying a monthly fee, is not supporting an artist.

If you want to support an artist, use less intermediaries as possible: concert sales, online sales through the artist’s website, independent music stores, Bandcamp, which takes a reasonable percentage on sales. This is not very different from buying your potatoes directly from the farmer: consumers pay less than in the supermarket, the producer earns a better living.

Online distribution platforms do allow artists more visibility but it does not justify the fact that they’d be paid a measly pittance.

If you love culture, make it live.

If you love a musician and you want him/her/them to keep playing music, make sure you are really supporting them.

At my stage, I am not even asking for profits, I’m asking not to make music at a loss and most of all, I’m asking not having to pay to make music.

 

SOURCES:

Combien gagne un artiste avec la distribution digitale (Spotify, Itunes, Deezer) ?” Presse Citron, Web. 5 Oct. 2012

Partage de la valeur” Adami, Web. 4 Nov. 2014

Portishead made just 2500 off million streams” Consequence of Sound.Web. 15 Apr. 2015